Historique et autres indications thérapeutiques des ondes de choc

LITHOTRIPSIE

La thérapie clinique par ondes de choc avec un lithotripteur a été utilisée pour la première fois en 1980 par Chaussy pour traiter les calculs urinaires. Depuis lors, la lithotripsie extracorporelle par ondes de choc (LECOC ou en anglais ESWL) est couramment utilisée dans le monde entier comme la référence absolue pour le traitement des calculs des voies urinaires. L’ESWL/LECOC utilise des impulsions à haute énergie incorporant une pression comprise entre 40 et 90 MPa. Bien que ces impulsions traversent les tissus mous, y compris le rein, le taux d’effets secondaires graves dans les tissus mous est très faible : les ondes de choc déposent une énergie négligeable dans les tissus mous, car les tissus sont équivalents en eau et la majeure partie de l’énergie est délivrée lorsque l’onde de choc frappe le calcul. Les directives de la FDA de 2009 pour les lithotripteurs extracorporels à ondes de choc énumèrent les événements potentiels indésirables et graves et la probabilité de leur survenue.

Effets indésirables potentiels liés à la lithotripsie extracorporelle par ondes de choc :

  • Communément rapporté (> 20 % des patients)
  • Hématurie
  • Douleurs/coliques rénales
  • Rougeur cutanée au point d’entrée de l’onde de choc

Signalement occasionnel (1 à 20% des patients) :

  • Arythmie cardiaque
  • Infection des voies urinaires
  • Obstruction urinaire / steinstrasse
  • Ecchymose cutanée au point d’entrée de l’onde de choc
  • Fièvre (> 38 °C)
  • Nausées/vomissements

Rarement signalé (1% des patients) :

  • Hématome (périrénal/intrarénal)
  • Blessure rénale

Les hématomes et les lésions rénales sont les seuls effets indésirables graves signalés et sont rapportés chez moins de 1 % des patients. Par conséquent, même à haute énergie et à haute pression, l’ESWL/LECOC est considérée comme sûre et efficace avec une faible incidence d’effets indésirables graves.

ORTHOPÉDIE

Des ondes de choc à faible énergie et pression ont également été étudiées à des fins thérapeutiques.

Des ondes de choc d’énergie moyenne ont été étudiées pour des applications orthopédiques (20 MPa) et le traitement de la maladie de La Peyronie (20-40 MPa). Plusieurs appareils pour l’orthotripsie ont reçu l’approbation de la FDA.

Le premier dispositif approuvé par la FDA, OssaTron, (2000) était destiné au traitement de la fasciite plantaire proximale et plus tard (2003) de l’épicondylite du coude.

Dans une étude, 32 patients ont subi l’ESWT/LECOC unilatéralement et 4 patients ont subi la procédure bilatérale. Il y a eu un cas d’éruption cutanée transitoire localisée dans la zone de traitement qui s’est résorbée en 6 semaines.

CARDIOLOGIE

Des ondes de choc de faible énergie (~ 10 MPa) ont été étudiées pour le traitement potentiel de l’ischémie myocardique, de la cicatrisation des plaies et de la dysfonction érectile. Le traitement de l’ischémie myocardique est actuellement approuvé et utilisé en Europe et dans d’autres pays pour traiter l’angine de poitrine et pour les patients qui ne peuvent pas subir de pontage aortocoronarien (PAC) ni d’interventions coronariennes percutanées (PCI). Dans un essai, pour 3 des 11 patients traités, le niveau d’énergie standard a dû être légèrement réduit en raison de l’inconfort au point d’entrée d’émission de l’onde de choc sur la poitrine, mais aucun des patients n’a présenté une augmentation des niveaux de troponine-I ou d’arythmie.

DIABÈTE – PIEDS DIABÉTIQUES

Les ondes de choc pour les plaies agissent en favorisant l’angiogenèse et en perturbant les biofilms pour accélérer la guérison, ce qui est particulièrement important pour les ulcères de pied diabétiques, les ulcères de décubitus et les brûlures. Le traitement par ondes de choc est déjà approuvé en Europe avec les systèmes suivants : DermaPace de Sanuwave, Duolith de Storz Medical, DermaGold de MTS et RENOVA du groupe Initia-Direx. La thérapie par ondes de choc pour les ulcères du pied diabétique a été récemment approuvée par la FDA (décembre 2017). Dans une expérience, quelques patients ont signalé une douleur pendant le traitement par ondes de choc. Les patients étaient à l’aise avec le traitement lorsque l’énergie et la fréquence étaient réduites au début puis augmentées progressivement au cours du traitement en fonction des paramètres.

DYSFONCTION ÉRECTILE

La thérapie par ondes de choc pour la dysfonction érectile met aussi en avant le développement de l’angiogenèse. Dans un essai, le seul effet indésirable était une légère réaction allergique transitoire au gel appliqué lors de la deuxième séance de traitement Renova.

Renova est certifié CE et plus de 200 systèmes sont installés en Chine, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie, en Belgique, en République tchèque, au Japon, en Israël, en Argentine et plus encore.

16 études cliniques de traitements ont été effectués avec Renova sans aucun effet indésirable grave.

Il a été démontré que la thérapie par ondes de choc extracorporelles est sans danger avec un taux de complication à priori faible dans une large gamme d’applications.